Bisounours Index du Forum
 
 
 
Bisounours Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion
 

Foupa

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Bisounours Index du Forum -> .::. Partie Publique .::. -> Coin des Artistes -> Bibliothèque
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
 Jack Herer
 Visiteurs
  
Hors ligne

 Inscrit le: 23 Sep 2012
 Messages: 556
 
Localisation: 93 - 54
Sexe: Masculin
Signe du Zodiaque: Vierge (24aoû-22sep)
Signe Chinois: 猴 Singe

 MessagePosté le: Dim 14 Oct - 18:31 (2012)    Sujet du message: Foupa Répondre en citant

Elle était assise, presque inerte sur sa chaise, les yeux mi-clos, le teint pâle et les traits tirés. Elle faisait face à son buffet en chêne massif qui trônait au milieu de la pièce, sur ce dernier, dans un renfoncement profond, une photo semblait être la source de toute l'attention qu'elle pouvait encore porter.
Son fils.
Voilà si longtemps qu'il était parti, si longtemps qu'elle n'avait pas eu de nouvelles de lui, ignorant même s'il était encore en vie.
Pourquoi en était-il arrivé là ?
Elle ne trouvait pas de réponse à ces questions, elle avait tout fait pour comprendre, tout fait pour savoir, tout fait pour le revoir juste une dernière fois. Il était parti, par une belle après-midi d'été, triste lui aussi de quitter sa mère, il était parti en disant au revoir comme pour la rassurer qu'il y en aurait un, un jour. Elle, pourtant, se réjouissait de son départ, il venait en effet de trouver du travail près de la capitale et c'était le coeur à la fois lourd et léger qu'elle l'avait accompagné une dernière fois jusqu'à sa voiture. Ils s'étaient enlacés, ils avaient pleuré et ils se sont quittés, un peu comme la feuille qui quitte la branche d'un arbre à l'automne. Au fil des mois, les nouvelles émanant de sa part étaient devenus très rares jusqu’à devenir totalement inexistantes.
Elle avait pourtant bien tenté de l'appeler à maintes reprises, mais jamais le son de voix ne lui aura répondu. Il avait quitté sa mère, il avait quitté ses attaches, il avait quitté son passé, mais elle, plus le temps passait, plus son âme la quittait. Livide, morne et sans avenir, elle s'éteignait à petit feu sans même que son fils ne se soucie de ce qui pouvait lui arriver.
Elle avait pourtant appris qu'il avait eu un fils, le fait de ne pas en être tenu informé lui avait encore plus brisé le coeur. Combien de larmes s'étaient écoulées de ses yeux rougis de rage, de colère et tout simplement de tristesse ? Comment un fils peut-il oublier sa mère ?
Jamais nous n'aurons la réponse à cette question, elle même avait fini par ne plus se la poser. Pourtant ce soir, alors qu'elle a oublié le prénom de son fils, son esprit se remémore le souvenir unique et intarissable d'une naissance, fruit d'un amour passé et aujourd'hui envolé. Ce soir, les larmes couleront une dernière fois, les dernières forces et avec elles, le dernier espoir de le voir surgir.
Qu'elle haïssait cette photo, elle lui rappelait tellement de souvenirs, tellement de joie et de bonheur, mais, elle était aussi responsable de son malheur, alors comment oublier un être que l'on aime, l'être à qui l'on a donné la vie ?
Seule. Triste constat, triste cas de figure. Seule. Etait-ce cela le but de la vie ? Finir seul.
Les yeux se fermèrent lentement dans un dernier souffle tremblant qu'elle expulsa de sa bouche, le visage de son fils lui apparu. Elle sourit devant cette vision, emportant avec elle un souvenir unique, le souvenir de toute une vie, son enfant.
Ce soir, elle s'éteint lentement, elle s'éteint dans le silence le plus absolu, elle s'éteint dans la plus terrible des indifférences et dans la plus grande des douleurs : la solitude.
Son fils l'avait oublié, il ne saura pas qu'elle a disparu, il avait de toute façon renié son passé et ses origines.

La dernière larme s'écrase au sol, les mains glissent le long du corps et le silence s'installe définitivement.


La chaise faisait face à un buffet en chêne massif qui trônait au milieu de la pièce, sur ce dernier, dans un renfoncement profond, une photo semblait être la source de toute la souffre qui régnait.
Une ombre se dessina sur ce cadre : une mère et son fils, souriants et heureux, les souvenirs d'un passé ô combien plus joyeux. Un moment du passé pris au piège, capturé pour traverser les âges, un moment unique que l'on souhaiterait tous pouvoir revivre un jour ou autre, un moment unique dont on se souviendra tous.
L'ombre avait assombri l'ensemble de la photo.
"Au revoir, Maman"
La voix était lourde et pesante, elle ne résonna pourtant pas dans la pièce.
L'ombre se dissipa de la photographie et un claquement de porte résonna comme pour signifier la fin de cet acte.

_________________
Main de fer dans un gant de fer.

Primum vivere dein de philosophare.


 Revenir en haut
 Publicité
 
  

 
 
 

 MessagePosté le: Dim 14 Oct - 18:31 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
 Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Bisounours Index du Forum -> .::. Partie Publique .::. -> Coin des Artistes -> Bibliothèque Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template SoftLight created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com