Bisounours Index du Forum
 
 
 
Bisounours Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion
 

Prédictions

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Bisounours Index du Forum -> .::. Partie Publique .::. -> Coin des Artistes -> Bibliothèque
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
 Jack Herer
 Visiteurs
  
Hors ligne

 Inscrit le: 23 Sep 2012
 Messages: 556
 
Localisation: 93 - 54
Sexe: Masculin
Signe du Zodiaque: Vierge (24aoû-22sep)
Signe Chinois: 猴 Singe

 MessagePosté le: Sam 20 Oct - 16:24 (2012)    Sujet du message: Prédictions Répondre en citant

20 janvier 2009, 23h15


Joe était accoudé au bar, buvant sagement sa troisième bière. Le regard vide, il fixait le seul poste de télévision qui ornait la vaste salle vide, elle aussi. Il ne prêtait même pas attention aux images qui défilaient et aux paroles alarmistes des journalistes d’une grande chaîne d’information nationale. Après tout, pourquoi aurait-il eu besoin d’y prêter attention ? La seule chose qui faisait vivre les médias c’était lorsqu’ils annonçaient des grandes catastrophes, naturelles ou non, elles étaient source d’audience. Ce soir là, un nouvel attentat avait eu lieu dans un pays proche de l’Afghanistan, l’œuvre selon les journalistes de la bande à Ben Laden. Cent-vingt morts et des dizaines de blessés dans l’explosion d’une voiture piégée dans une rue passante, un jour de marché. Joe ne savait pas trop ce qu’il devait penser de tout cela : cent-vingt de moins ou cent-vingt de plus ? Le retour du fanatisme religieux où les gens se battent sans réellement comprendre pourquoi ils le font et pour qui. Ils tuent pour un Dieu qui a pourtant pour but d’apporter la paix à tous les hommes. Du grand n’importe quoi en somme. Ils veulent appliquer leur croyance alors qu’eux même n’appliquent pas ce que le coran leur enseigne dans une sourate : « Celui qui tue un homme, tue toute l’humanité. » Encore des extrémistes illettrés, pensa Joe.
Il sortit de la poche intérieure de sa veste son paquet de cigarettes et en grilla une à l’aide d’une allumette. Joe n’arrivait pas à se servir d’un briquet. Au moins, mon allumette ne manque pas de gaz.

« Hey Joe ! »

Une voix rauque s’éleva dans la salle vide, une voix puissante et lourde qui faisait vibrer les murs. C’était Marcel, le gérant du bar tabac, un français pur souche qui avait immigré dans ce coin perdu du Kansas.

« On n’a pas le droit de fumer ici, je te l’ai déjà dit. Ceux qui fument, y gênent ici. Alors éteint ta cigarette ou va fumer ailleurs. »

Joe se retourna et regarda le patron, occupé à astiquer les derniers verres qu’il rangeait de manière impeccable dans une armoire en chêne massif. Il tira une dernière latte sur le tabac qui se consumait et toussa légèrement, prenant néanmoins le soin de mettre son poing devant la bouche.

« Et tu virerais ton … seul client juste pour respecter la loi ? »

Marcel regarda son bar … il était vide. Les tables et les chaises faisaient maintenant plus office d’objet à caractère décoratif. Il était loin le temps où son bar attirait les foules. Aujourd’hui, ce n’était plus qu’un vestige d’un temps lointain, la belle époque où les ouvriers de l’usine sidérurgique venaient boire un coup, fumer leur clope et se discuter à la sortie du travail. Maintenant, les ouvriers n’étaient plus là, l’usine avait fermé et les lois interdisaient de fumer, mais cela n’empêchait pas l’Etat de se faire son beurre sur la vente de cigarette.

« Ouais, tu as bien raison. Files-moi une clope … »

Joe éclata de rire et s’apprêtait à lui en donner une quand quelqu’un entra dans le bar, un homme plutôt mince, avec une barbe naissante. Il aurait pu être comme monsieur et madame tout le monde, si ces vêtements n’avaient pas attiré l’œil alerte de Joe : le nouvel arrivant était vêtu d’un espèce d’uniforme blanc une pièce.

Il s’approcha du patron et lui demanda un verre d’eau. Le patron ouvrit de grands yeux et jeta un coup d’œil furtif à Joe, comme pour lui signaler que le petit nouveau avait l’air d’avoir un grain. Ce dernier regardait la télé, comme s’il était hypnotisé par l’écran, incapable de s’en défaire.

Encore un camé, pensa Joe en regardant Marcel lui servir son verre qui à peine fut-il posé sur la table, qu’il fut pris et bu en une gorgée.

« Encore. »

Sa voix était sèche, le mot bref résonna dans le bar comme un coup de feu. Le silence régna et tout semblait s’être arrêté, même la télé : en effet, le journaliste déclara quelques secondes plus tard qu’ils avaient un souci avec le reportage suivant.

« Dites donc, il est plutôt … sympathique, vot’ costume, déclara Joe en le déshabillant du regard, je pensais que carnaval était fini.

- Ce n’est pas un costume mais mon uniforme de travail, répondit l’intéressé sèchement.

- Oh, monsieur travaille … »

Il secoua la tête de bas en haut alors que l’inconnu avait toujours les yeux fixés sur l’écran.

« Et apparemment, vous n’avez pas vu les informations depuis bien longtemps … Enfin, en même temps, vous n’avez rien raté, y’a que des conneries et sans voul…

- La ferme et écoutez … »

La réponse était sèche, trop sèche au goût de Joe qui se leva et voulu coller une raclée mais les larmes qui semblaient couler le long des joues de l’inconnu, regardant toujours la télévision, eu un effet d’apaisement. Pourquoi pleurait-il ainsi devant le petit écran ? Devant un reportage sur l’investiture du nouveau président américain : Barack Obama.

« Ce n’est pas possible … ce n’est pas possible … »

Il n’arrêtait pas de répéter cette phrase sous le regard incrédule de Joe et de Marcel, puis, il se retourna vers Joe, toujours debout à ses côtés, et lui lança d’une voix fluette emplit de tristesse :

« Pourquoi est-ce qu’il n’est pas mort ? Il a été tué … Il est mort ce type, le Ku klux klan l’a flingué lors d’un de ces discours.

- De quoi tu parles, mec. Il est pas mort ! Réveilles-toi là !

- Me réveiller ! Mais je le suis réveillé ! Je vous dis que ce mec a été descendu, alors dites moi ce qu’il fout à la télévision ! s’écria l’inconnu qui perdait son sang froid. Les gouttes de sueur perlaient sur son visage marqué par la fatigue. Il ne semblait plus comprendre ou il était et ce qu’il faisait là. Rassurez-moi ! Ce reportage retrace la vie de tous les présidents américains ?

- Euh … non, je crois pas, répondit Marcel après un temps d’hésitation, c’est le jour de l’investiture du nouveau président. Et c’est vraiment pas trop tôt.

- Le nouveau président ? Mais … mais il est mort … enfin … mais qu’est-ce qui se passe ? poursuivit-il en essuyant son front humide avec le dos de sa main droite.

- Oh, je crois que je vais vous servir un whisky, répondit Marcel en prenant une bouteille, vous m’avez l’air d’en avoir besoin. Je sais pas ce que tu as pris mon grand … mais c’était au moins un acide …

- Je ne suis pas un drogué, ok ? rétorqua sèchement l’homme vêtu de blanc. On est bien le 30 septembre 2013, rassurez-moi ? Et je suis bien au Kansas ? »

Un long silence, lourd et pesant, s’imposa dans la pièce, faisant pâlir le drogué. Marcel et Joe échangèrent un regard interrogateur. Perturbés, ils semblaient ne pas savoir quoi dire au troisième larron. Joe se racla la gorge et prit la parole, rompant ainsi ce silence de cathédrale.

« Ecoute, t’es bien dans le Kansas, mais on est le 20 janvier 2009 et … je sais pas qui tu es … ni même d’où tu viens ou ce que tu as pris comme produits, mais … là tu es dans un bar, et le mec que tu vois à la télé, il a pas été tué, c’est notre nouveau président. Alors, tu vois, tu vas boire le meilleur whisky écossais, c’est Marcel qui va te le servir et moi qui te l’offre.

- Marcel ?

- Oui, Marcel, c’est lui, dit Joe en le montrant avec un signe de la tête.

- Marcel … vous êtes le patron du bar … dans le Kansas … et on est … le 20 janvier 2009 …

- Oui, mec, c’est ça, répondit l’intéressé. Marcel Carpentier, barman depuis l’âge de 16ans, pour vous servir. »

Il fut dévisagé par le nouveau client comme si ce dernier venait de voir un mort ou même une star.

« Vous êtes Marcel Carpentier … celui qui a été brûlé vif dans son bar lors de l’incendie …

- De quel incendie, tu parles ?

- Celui dans lequel on va vous retrouver mort …, poursuivit-il avant de se retrouver vers Joe, et quant à vous, Monsieur Percking, il faudra que vous appeliez ce numéro … c’est très important. Vous êtes en danger et ils sauront vous aider. »

Il lui tendit un carton sur lequel était inscrit un simple numéro de téléphone. Il le regarda dubitativement, sans comprendre.

« Comment savez-vous mon nom ?

- Peu importe, de toute façon, tout est de ma faute en fait … Monsieur Carpentier, partez, partez loin, vous allez mourir … vous allez tous mourir, bon sang ! Vous entendez, vous allez tous crever. Alors barrez vous …

- Non, mais vous êtes malade … en fait c’est pas un uniforme de votre travail que vous avez là … mais ca doit venir de votre asile de fou d’où vous vous êtes évadé, s’énerva Joe en voyant Nostradamus s’approcher de la sortie.

- Non, monsieur Percking, je ne suis pas fou … et vous le verrez bientôt et là, vous serez obligé de me croire et d’appeler ce numéro. Vous appellerez parce que ce mec là, à la télé, dit-il en pointant du doigt, va se faire dégommer, tout comme vous, Monsieur Carpentier. Et vous repenserai à moi … au fou comme vous avez dit, non, je ne suis pas fou !! »

Il se retourna et quitta le bar en laissant la porte se claquer derrière lui. Un léger courant d’air froid pénétra dans la pièce, faisant frissonner Joe. Ils se regardèrent sans un mot. Joe leva les sourcils comme pour marquer son incompréhension. Puis, décida qu’il était l’heure pour lui d’aller se coucher, prétextant qu’il avait surement trop bu. Marcel acquiesça sans un mot, visiblement choqué par la prophétie de sa mort prochaine. Cela ne fait jamais plaisir de se faire prédire sa mort, même quand un illuminé, sorti de nulle part, vous l’annonce. Cela va encore me tracasser toute la semaine, pensa-t-il.
Quand Joe quitta le bar, il passa un dernier coup de serpillère, rangea les verres et allait se diriger vers la vitrine du bar pour tirer le rideau et clôturer une longue journée de vaches maigres, quand trois militaires en treillis, le M-16 armé et en main, entrèrent.




21 Janvier 2009, 08h30

Joe Percking mit quelques toasts à griller dans le grille-pain et partit chercher le journal dans sa boite aux lettres. Il aimait lire le journal tout en prenant un petit-déjeuner bien copieux. Les journaux avait fait les gros titres de l’intronisation du nouveau président des Etats-Unis d’Amérique et du nouvel attentat meurtrier. Mais Joe lisait les pages locales du journal, l’actualité internationale, il s’en moquait un peu en fait … il pensait d’abord à lui avant de penser aux africains qui crevaient la faim dans le monde, ou les gens qui s’entretuaient pour des histoires de frics ou de religion. Lui, sa vie, il l’estimait bien assez misérable pour que commencer à se soucier de celle des autres. Au fond, ce n’était pas les autres qui allaient lui apporter à manger dans son assiette, ni même l’aider à combler ses dettes auprès de son banquier.

Au moins en local, il était mieux informé de ce qui se passait près de chez lui … Madame O’libway, irlandaise d’origine était décédée, au-dessus, un article plus joyeux concernant le mariage de Richard Jr Kenneth avec Maria Santa De José Pinto de la Cavaglieri de Los Santos, la page suivant était l’interview banale d’un chef d’entreprise qui expliquait au journaliste que son exportation de Taureau modifié génétiquement avait connu un fort succès en Europe. La page suivante attira cependant toute son attention : un article spécial sur l’incendie d’un bar qui avait tué son propriétaire, un français du nom de Marcel Carpentier.

Un frisson parcourut le corps de Joe.

Un frisson qui s’accentua lorsqu’il vit le carton avec le numéro de téléphone que lui avait donné … ce fou qui avait prédit l’avenir.

_________________
Main de fer dans un gant de fer.

Primum vivere dein de philosophare.


Dernière édition par Jack Herer le Sam 20 Oct - 16:31 (2012); édité 1 fois
 Revenir en haut
 Publicité
 
  

 
 
 

 MessagePosté le: Sam 20 Oct - 16:24 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
 Revenir en haut
 Jack Herer
 Visiteurs
  
Hors ligne

 Inscrit le: 23 Sep 2012
 Messages: 556
 
Localisation: 93 - 54
Sexe: Masculin
Signe du Zodiaque: Vierge (24aoû-22sep)
Signe Chinois: 猴 Singe

 MessagePosté le: Sam 20 Oct - 16:31 (2012)    Sujet du message: Prédictions Répondre en citant

21 Janvier 2009, 08h45



Il arrive souvent que l’on ne sache pas si ce que l’on vit est réel ou non.Tout comme la réalité peut vite se changer en cauchemar, le rêve peut parfois être si criant de réalisme au point que les sens, soient eux même, troublés. L’incapacité à différencier le vrai du faux, éternel paradoxe dans un monde si moderne où la science, seule Reine incontestée, a condamné les portes du rêve, brisant l’imaginaire de bien des gens, brisant le monde merveilleux des esprits ouverts de ceux qui sont capable de voir bien au-delà du monde physique et contextuel tel qu’il a été imaginé et conçu ! Un monde où l’homme qui dit voir et entendre autre chose que ce que la bonne morale lui a enseigné, est classé et jugé comme étant fou, comme étant différent, parce que la différence ne vous fait pas entrer dans ce moule … La réalité ? Qu’est-ce vraiment que la réalité ?

Joe tenait ce carton en main, il sentait la texture granuleuse d’un papier sur lequel était écrit ces quelques chiffres, il les voyait ! De même qu’il voyait dans le journal de la presse local le nom de son ami, dans la rubrique nécrologie ! Pouvait-il douter de la véracité des informations données tout comme il avait traité de fou celui qui avait prédit avec exactitude la fin ?

Les chiffres inscrits, le numéro de téléphone se troubla face à son regard. Il allait se réveiller et oublier toute cette histoire. Loin de là ! Sa main tremblait et ses yeux humidifiés par les larmes aussi soudaines qu’imprévisibles avait rendu la perfection des formes numériques si floues … si irréelles.


Et vous repenserez à moi … au fou comme vous avez dit, non, je ne suis pas fou !!

Cette phrase venait de prendre tout son sens maintenant, elle avait été prononcée sans la moindre hésitation par ce Nostradamus des temps modernes, cet homme, si on pouvait appeler cela un homme, capable de prédire l’avenir et en même temps capable de vouloir vous aider. L’œuvre du destin, l’œuvre de dieu ? Joe se posa la question s’il n’avait pas en fait été averti par un messager divin comme pour lui signifier qu’il avait une longue tâche à accomplir, qu’il était un élu. Après tout, si un homme est capable de modifier les règles du jeu et de prédire l’avenir, tout en vous sauvant, cet être ne pouvait être qu’un de ceux qui a tout créé !


Non mais qu’est-ce que tu racontes, tu n’es pas un élu … ce mec a juste dit cela et il attendu que je parte pour brûler le bar de Marcel, il a guetté dans le noir, il a guetté sa proie et a bondit sur elle avec la grâce d’un félin et la hargne d’un ours. C’est un meurtrier, ce mec est dangereux et …

Joe porta ses yeux sur la première page du journal, le gros titre, l’évènement de l’année, celui qui emplit d’espoir des millions de personnes, celui qui a apporté le rêve et l’imaginaire de par un discours rhétorique proche du mimétisme n’allant pas sans rappeler les exploits d’illustres conteurs et démagogues, mais peut-on lui en vouloir ? D’apporter l’espoir et le réconfort ? Mais au-delà de son opinion sur le président, il ressentit soudain un devoir envers sa nation, un devoir qui semblait évident ! Nostradamus, ou son fils spirituel, allait abattre le nouveau président !






21 Janvier 2009, 15h30


Il tournait lentement autour de la chaise sur laquelle était assis Joe. Sa voix était lourde, pesante, elle résonnait dans pièce. Joe pouvait même sentir l’écho sonore faire vibrer sa cage thoracique. Pour la première fois de sa vie, il comprit ce que le mot pression et oppression signifiait vraiment. Il transpirait à grosses gouttes. Regardant régulièrement autour de lui, regardant régulièrement comme pour s’assurer qu’il ne rêvait et que le décor qui servait de prison ne changerait pas. Les murs étaient toujours les mêmes, identiques et silencieux, témoins muets de souffrances passées. N’espérez pas y trouver de la pitié ou bien de la compassion, ils sont froids et distant, mais parfois tellement proche. Combien ont fini par haïr leur dureté sans faille, leur mutisme déconcertant ? Ses murs, ses terribles témoins qui font parfois office de bourreaux. Ils ne changent jamais mais chacun y a laissé un peu de lui-même, un de peu de sa marque …

Pour la deuxième fois aujourd’hui, Joe ne savait pas s’il rêvait ou s’il était bien éveillé. Pourquoi avait-il fait cela ? Pour une cause qu’il pensait juste … la justice … voilà qu’il regrettait de vouloir se battre aux côtés de la justice.

« Alors on va reprendre, Monsieur Percking ! On va reprendre depuis le début, reprit l’homme à l’imposante carrure dont la voix avait encore monté d’un ton. On est entre gens civilisés alors je vais être franc avec toi – et j’espère d’ailleurs que tu le seras avec moi – je pense que c’est toi qui a foutu le feu chez ton soit disant ami … et que toute ta foutue connerie d’illuminé habillé en blanc prédisant l’avenir est complètement … je ne trouve même pas les mots pour qualifier ta lâcheté. On peut boire, mais hier, tu as dû boire beaucoup pour inventer de telles conneries. Alors soit tu craches le morceau, soit tu cracheras tes dents, une à une, dit-il en ralentissant dans la prononciation des mots, pour qu’ils s’égrènent lentement, pour qu’ils prennent plus de valeur, de puissance. »

Joe regrettait pourtant il était le coupable parfait. Son histoire n’avait pas paru crédible auprès des pontes de la police fédérale.
« Je vous le répète encore une fois … je n’ai pas tué Marcel ! C’est ce …
- Putain Percking, tu es con ou quoi ! Je m’en fous de ton histoire d’alcoolique de mes deux ! Je veux la vérité ! Et je la veux … »


Il ne put terminer sa phrase car une femme entra accompagnée d’un solide gaillard. Elle regarda brièvement la pièce même s’il elle connaissait par cœur les murs, à vrai dire, seul le personnage assis changeait, rien de plus. Elle fit un petit signe de tête en direction de Joe, un signe comme lui signifier qu’il était à elle maintenant.

« Kevin, il est à moi maintenant. On a un problème plus important et tu n’es pas en mesure de trouver les réponses. Je m’en charge. »

Le regard se détourna de Joe pour se porter sur la petite nouvelle, une belle brune qui portait à ravir une jupe qui descendait jusqu’en dessous du genou, ses yeux étaient magnifiques mais derrière, ils dégageaient ce sentiment de malaise, cette forme de colère dure et sèche qui refroidit les ardeurs naissantes d’un homme qui n’a jamais su calmer ses hormones. Il tenta brièvement de la convaincre qu’il était l’homme de la situation avec une voix qui sonnait faux, mais ne trompait pas notre charmante venue qui le gratifia d’un coup de genou rapide, mais précis, dans des parties plutôt sensibles.


Kevin fut gentiment mis dehors laissant le soin à cette femme de poigne de s’assoir sagement et de regarder, tout sourire, le pauvre Joe qui ne comprenait pas.

« Je crois monsieur Percking que nous n’ayons beaucoup de choses à nous dire. Surtout en périodes si troubles correspondant au décès de notre président si … éphémère.
- Il est mort ?
- Je pense qu’il est difficile de faire mieux. Alors, je vais vous écouter avec la plus grande attention, monsieur Percking. Parce que je pense que je suis en mesure de vous croire. Vous avez le numéro ?
- Le numéro ?
- Le numéro, oui. Le numéro de téléphone qui est sur un carton que l’on vous a donné… »

_________________
Main de fer dans un gant de fer.

Primum vivere dein de philosophare.


 Revenir en haut
 Thora
 Marchand
  
Hors ligne

 Inscrit le: 03 Aoû 2010
 Messages: 2 123
 
Localisation: Nord
Sexe: Féminin
Signe du Zodiaque: Sagittaire (22nov-21déc)
Signe Chinois: 虎 Tigre

 MessagePosté le: Sam 20 Oct - 23:28 (2012)    Sujet du message: Prédictions Répondre en citant

Joli joli.... Ca me fait penser à Fringe
_________________
★ Eureka, Banania, Drudoc & Rose FoReVer ★


 Revenir en haut
Skype
 Voldemort
 Vieilles Peluches
  
Hors ligne

 Inscrit le: 02 Nov 2010
 Messages: 6 519
 
Localisation: Bouillon, Liège
Sexe: Masculin
Signe du Zodiaque: Scorpion (23oct-21nov)
Signe Chinois: 虎 Tigre

 MessagePosté le: Ven 2 Nov - 21:48 (2012)    Sujet du message: Prédictions Répondre en citant

La suite,... la suite.
Tu sais que tu m'aides à aimer "le Français", ou plutôt, lire :)
_________________
Noob un jour, Noob toujours


 Revenir en haut
Skype
 Jack Herer
 Visiteurs
  
Hors ligne

 Inscrit le: 23 Sep 2012
 Messages: 556
 
Localisation: 93 - 54
Sexe: Masculin
Signe du Zodiaque: Vierge (24aoû-22sep)
Signe Chinois: 猴 Singe

 MessagePosté le: Mer 7 Nov - 15:29 (2012)    Sujet du message: Prédictions Répondre en citant

Je suis en train de rédiger un nouveau RP :).

Il sera posté je pense dans pas trop longtemps :)
_________________
Main de fer dans un gant de fer.

Primum vivere dein de philosophare.


 Revenir en haut
 Shadow
 Admin
 Admin
 
Hors ligne

 Inscrit le: 03 Mar 2011
 Messages: 11 355
 
Sexe: Masculin
Signe du Zodiaque: Poissons (20fev-20mar)
Signe Chinois: 狗 Chien

 MessagePosté le: Mer 7 Nov - 15:33 (2012)    Sujet du message: Prédictions Répondre en citant

Je l'ai toujours pas lu celui-là, faudrait que je le fasse un jour x)
_________________


 Revenir en haut
 landern
 Marchand
  
Hors ligne

 Inscrit le: 26 Déc 2009
 Messages: 475
 
Localisation: Brest
Signe du Zodiaque: Capricorne (22déc-19jan)
Signe Chinois: 狗 Chien

 MessagePosté le: Mer 7 Nov - 21:40 (2012)    Sujet du message: Prédictions Répondre en citant

Pfff..Jack...en un seul post tu comptabilises plus de mots que dans la totalité de mes (peu nombreux) posts....

.... janvier 2009...le 20 ou le 21...cela me rappelle quelque chose....mais quoi ?!
_________________
Faut pas pousser papy dans les orties !
Vive les vieux


 Revenir en haut
 Jack Herer
 Visiteurs
  
Hors ligne

 Inscrit le: 23 Sep 2012
 Messages: 556
 
Localisation: 93 - 54
Sexe: Masculin
Signe du Zodiaque: Vierge (24aoû-22sep)
Signe Chinois: 猴 Singe

 MessagePosté le: Jeu 8 Nov - 20:53 (2012)    Sujet du message: Prédictions Répondre en citant

landern a écrit:
Pfff..Jack...en un seul post tu comptabilises plus de mots que dans la totalité de mes (peu nombreux) posts....

.... janvier 2009...le 20 ou le 21...cela me rappelle quelque chose....mais quoi ?!


Allez landern, toi aussi, tu peux écrire quelques RP :).

Il faut augmenter ton nombre de mots postés sur le forum ! Je crois en toi !
_________________
Main de fer dans un gant de fer.

Primum vivere dein de philosophare.


 Revenir en haut
 Contenu Sponsorisé
 
  

 
 
 

 MessagePosté le: Aujourd’hui à 14:28 (2017)    Sujet du message: Prédictions

 Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Bisounours Index du Forum -> .::. Partie Publique .::. -> Coin des Artistes -> Bibliothèque Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template SoftLight created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com